La maison dans laquelle

6.5.16


Depuis quelques mois, je suis attirée par les couvertures des éditions Monsieur Toussaint Louverture, je trouve la présentation très soignées, le choix du papier recherché, les polices d'écritures élaborées et les romans édités sont des ovni de la scène littéraire. Grâce à eux, on découvre des auteurs méconnus ou oubliés. Tout doucement, je vais essayer de me constituer une bibliothèque avec leurs parutions. Il y a un mois, je me suis offert leur dernier né : La maison dans laquelle, ça n'est pas un coup de cœur mais le livre fut quand même une très belle surprise.



Mariam Petrosyan { Monsieur Toussaint Louverture } 2016
960 pages { langue française } 24,50 euros
Dans la Maison, vous allez perdre vos repères, votre nom et votre vie d’avant. Dans la Maison, vous vous ferez des amis, vous vous ferez des ennemis. Dans la Maison, vous mènerez des combats, vous perdrez des guerres. Dans la Maison, vous connaîtrez l’amour, vous connaîtrez la peur, vous découvrirez des endroits dont vous ne soupçonniez pas l’existence, et même quand vous serez seul, ce ne sera jamais vraiment le cas. Dans la Maison, aucun mur ne peut vous arrêter, le temps ne s’écoule pas toujours comme il le devrait, et la Loi y est impitoyable. Dans la Maison, vous atteindrez vos dix-huit ans transformé à jamais et effrayé à l’idée de devoir la quitter.


"Le rêve est nécessaire quand s'achève à jamais le temps de l'adolescence." - Claude Jasmin


C'est un endroit en milieu urbain à la fois passe-partout et à la fin singulier, tant l'édifice semble surgir de nulle part. C'est un lieu en presque autonomie où le monde extérieur est en soi la fin de quelque chose et le début d'une autre aventure.
La maison dans laquelle est le témoin historique de ses habitants, de ces enfants qui ont grandi en son sein.

A travers une galerie de personnages, la maison nous est livrée par les vies de jeunes adolescents , pensionnaires de cette vieille bâtisse. On découvre les témoignages de Fumeur, Vautour, Noiraud, L'Aveugle, Sphinx, Tabaqui et d'autres personnages. J'ai particulièrement apprécié Sphinx et Tabaqui. L'histoire de Sphinx est émouvante et les histoires à la manière d'un ménestrel de Tabaqui m'ont particulièrement captivé. Certains habitants ne m'ont pas autant séduit et j'ai même eu un sentiment de malaise, tant j'ignorai si le personnage était sain d'esprit - c'était dérangeant. Entre les témoignages, la maison nous rappelle de temps en temps qu'elle a sa propre histoire et un passé.

Mariam Petrosyan livre un premier roman spectaculaire dans sa forme plus de neuf cents pages et nous invite à entrer dans ce monde hors du commun. Un endroit réservé à ces jeunes souffrant pour la plupart d'un handicap. Le premier et unique roman de Mariam Petrosyan est un petit trésor où la différence n'est pas vu comme un défaut mais plus comme une force qu'ils peuvent tourner à leur avantage.
Le temps d'une scolarité, les jeunes perdent leur noms et sont rebaptisés pour vivre cette nouvelle expérience.. La loi dans la maison, ce sont les habitants qui la font. L'histoire de la maison, ce sont eux qui la crée. La maison dans laquelle est une initiation à la crise de l'adolescence et cette peur (réelle ou fantasmée) que l'étape suivante est d'être adulte.
Les adultes sont là pour encadrer, mais ont ils un réel pouvoir ? Comme les personnages, le lecteur vit dans cette demeure et perd souvent toute notion de temps. La frontière entre la réalité et l'imagination est parfois très fine. J'ai eu plusieurs fois du mal à me repérer, doutant presque de ma santé mentale ! Ce livre ne laisse pas indifférent et ne se laisse pas facilement apprivoisé.

La maison dans laquelle est un roman "L.R.N.I" (Livre roman non identifié) singulier où l'imagination de l'auteur dépasse la raison et nous entraine dans des mondes artificiels perturbants et déstabilisants. Une pépite dénichée grâce aux éditions Monsieur Toussaint Louverture, je lui souhaite vraiment de connaître la même renommée qu'Harper Lee et son oiseau moqueur*. Un roman destiné à la fois pour les adultes et les adolescents.

J'ai beaucoup aimé La maison dans laquelle mais j'avoue que la dernière partie n'est pas à la hauteur du roman. J'ai eu le sentiment que l'auteur comme nous, semble avoir oublié de vivre en dehors de la maison et a cherché par tous les moyens à les sortir de là, a enlevé cet univers qu'ils ont construit. Finalement, ne pas sortir de la maison et ne pas lire l'épilogue est presque la meilleure chose à faire. J'ai fait l'erreur de lire doucement ce roman mais je pense avoir perdu par ce biais la magie de sa plume.
Je vous conseille ce roman mais essayer de le lire presque en continu pour ne pas passer à coté. Ce livre m'a aussi fait penser à la saga Miss Peregrine's Home for Peculiar Children sans le coté surnaturel.




* : référence à Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee : son unique roman pendant longtemps....

Vous aimerez aussi

11 commentaires

  1. Hum, c'est intriguant ! Et c'est vrai que la couverture est super réussie :) je crois que je vais le faire acheter au boulot, pour le lire et le faire lire: :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense aussi le commander pour le boulot ! :)

      Supprimer
  2. J'ai très envie de le lire, j'aime vraiment beaucoup le travail des éditions Monsieur Toussaint Louverture :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ! Je te comprends ! J'adore cette maison d'éditions.

      Supprimer
  3. Il me fait super envie celui là ! Je l'ai repéré chez Chess je crois (qui était super convaincante). Il a l'air super space dans son genre (ou son absence de genre ^^), mais je sais pas il y a un truc qui m'attire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il est bizarre et assez inclassable mais j'ai bien aimé.

      Supprimer
  4. Il vient tout juste de rejoindre ma PAL. Je le garde sous le coude pour les vacances d'été.
    Je viens tout juste de découvrir ton blogue. Très inspirant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup. Il faut lire La maison dans laquelle ! Un petit bijou

      Supprimer
  5. Je suis en train de lire (très lentement malheureusement) Et quelques fois j'ai comme une grande idée de Ken Kesey, des éditions Monsieur Toussaint Louverture, et j'avoue adorer le travail d'édition qui a été fait ! Je ne connaissais pas cette maison d'éditions avant, mais tu me donnes envie d'en savoir plus!
    J'ajour La maison dans laquelle à ma PAL !

    RépondreSupprimer

Me contacter


mdelivres[at]live.fr
Je ne réponds pas aux échanges de pub

Je lis en anglais

2016 Reading Challenge

2016 Reading Challenge
Tachas has read 0 books toward a goal of 15 books.
hide

Lecture commune

[10/02/16 avec Shelbylee]
{ Tess of the d’Urbervilles de Thomas Hardy}