Les luminaires

5.12.16


On s’est tous demandé si les astres pouvaient influencer notre vie, en levant la tête vers le ciel si cet espace inaccessible était la clé de bien de nos problèmes ? Prié le ciel car il vous faudra du courage pour s’attaquer au premier roman de Eleanor Catton.


PAS DE NOTE - ABANDONNE
Eleanor Catton {Folio} 2016
1248 pages { langue française } 13,50 euros
Nouvelle-Zélande, 1866. En pleine ruée vers l’or, l’île voit débarquer sur ses côtes tout ce que la vieille Europe compte d’ambitieux et de désespérés. Parmi eux, Walter Moody, un jeune britannique ruiné bien décidé à trouver fortune accoste au port d’Hokitika, sur la côte Ouest, après un éprouvant voyage. Mais une étrange assemblée l’attend dans le petit hôtel où il a trouvé refuge. Là, dans une atmosphère des plus tendues, douze hommes du cru tiennent une réunion secrète pour tenter d’élucider des faits étranges qui agitent la communauté depuis plusieurs semaines. Un riche notable a disparu, une prostituée a tenté de mettre fin à ses jours, et on a découvert une immense fortune dans la maison d’un pauvre ivrogne, mort lui aussi. Moody succombe bientôt à l’irrésistible attrait du mystère et se retrouve plongé dans un entrelacs d’intrigues et de destins vertigineux.


"Les destinées vulgaires n'ont pas d'horoscopes." - Victor Hugo


Les luminaires est une météorite « épaisse » que je souhaitais découvrir depuis un petit moment, je l’avais déjà repéré en version originale.
Quand j’ai vu que Folio éditait la version poche de ce best seller, je n’ai pas hésité à participer au partenariat qu’organisait Livraddict avec la maison d’éditions.
Je tiens à vous mettre en garde que mon avis ne vous renseignera pas complètement sur l’ouvrage puisque je l’ai abandonné à la moitié. Non pas que l’histoire soit inintéressante mais je n’ai pas réussi à me plonger dans l’univers ô combien riche de l’auteur.

L’histoire mène le lecteur en Nouvelle Zélande au XIXe siècle, sur plus de mille deux cents pages l’auteur nous entraine dans les périples de ces personnages venus chercher fortune comme Walter Moody, chercheur d’or en devenir. Divisé en plusieurs parties le roman invite aussi à suivre les signes que les personnages. Les parties que j’ai lu nous présente les personnages, l’enquête que livre nos protagonistes et dans laquelle notre nouveau venu se voit mêlé.
La première partie est très ardue.
J’ai trouvé Les luminaires très complexe et j’ai été complètement perdue, assommée sur les cent premières pages ! Cela ne m’a pas motivé à lire la suite et j’ai lu les autres pages sans envie et motivation. Pourtant l’auteur a une plume intéressante, Eleanor Catton arrive à s’adresser au lecteur sans nous faire perdre de vue les personnages.

J’ai lu Les luminaires au mauvais moment.. Je reviens d’une hospitalisation et je n’ai pas le courage en ce moment de me lancer dans des romans complexes où le moindre détail peut s’avérer utile par la suite. L’histoire demande trop de concentration dans un premier temps pour savourer sa lecture.
Le fait d’attribuer un signe, un astre à un personnage est une manière originale et novatrice dans la littérature pour présenter une enquête. J’ai déjà croisé ce genre de procédé (pas astral) mais sur la cartomancie avec un ouvrage de Karen Engelmann, La divine Géométrie. Un roman qui avait été long au démarrage comme celui-ci mais qui m’avait plu par la suite.

Les luminaires aura une seconde chance dans les mois à venir car je n’aime pas rester sur un doute mais pour le moment, je préfère l’abandonner et éviter d’en faire une indigestion… J’aurai peut être du lire mon horoscope mensuel avant de le commencer…Quand un lecture traine depuis un mois, il faut savoir s'arrêter surtout quand on présent le potentiel du livre.

Un grand merci à Livraddict et Folio pour l’ouvrage ! Premier échec mais temporaire… Une critique éclipse ou filante ?

Vous aimerez aussi

0 commentaires

Me contacter


mdelivres[at]live.fr
Je ne réponds pas aux échanges de pub

Je lis en anglais

2016 Reading Challenge

2016 Reading Challenge
Tachas has read 0 books toward a goal of 15 books.
hide

Lecture commune

[10/02/16 avec Shelbylee]
{ Tess of the d’Urbervilles de Thomas Hardy}